Dossier de presse : De bonne tradition Opel: du sport pour tous

download-pdf
download-image
download-all


  • Voiture de sport pour le peuple: l’Opel Rallye Kadett de 1966
  • «i» comme injection: nouveau nom «GSi» pour les modèles Opel sportifs à partir de 1984
  • Des petits concentrés d’énergie: les générations Corsa GSi de 1988 à 2012
  • Le grand retour d’une légende: Opel avance en 2017 avec la nouvelle Insignia GSi
  • Dans la cinquième génération: la Corsa GSi est de retour dès maintenant

 

Schlieren.  Rendre les innovations et le plaisir de conduire abordables et disponibles à tous a toujours été la devise d’Opel. Cela est particulièrement vrai pour les modèles sportifs avec l’éclair sur la calandre. Ainsi, la nouvelle Opel Corsa GSi reste dans la tradition. Car il y a déjà plus de 50 ans, la première voiture compact sportive d’Opel sortait de la chaîne de production.

Opel Rallye Kadett – la sportive du peuple

En 1966, un coupé fastback à la fois abordable et étonnamment bien adapté aux besoins du quotidien arrive sur le marché: 850 kilogrammes, rapide et doté au départ de 60 ch - la Rallye Kadett. Un an plus tard, la motorisation appropriée arrive: le nouveau moteur quatre cylindres puise 90 ch de 1‘897 centimètres cubes. Ainsi, le rapport poids/puissance est inférieur à dix kilogrammes par ch – les meilleures conditions pour le sport automobile. Sur la route, le moteur 19S fait sensation dans la Rallye Kadett et l’Opel GT. Jusqu’à l’arrêt de la production en juillet 1973, 103’622 Rallye Kadett quittent les chaînes de production Opel. Le modèle sportif d’Opel était déjà accessible à beaucoup de gens à cette époque - comme aujourd’hui une Corsa GSi.

Le modèle sportif suivant porte également la désignation «GT» d’Opel. À partir de 1975, la Kadett C porte fièrement la désignation supplémentaire GT/E, «E» pour «Einspritzung» (injection). La nouvelle Kadett GT/E est dotée d’une puissance de 105 ch pour une cylindrée de 1,9 litre. De zéro à cent en dix secondes, des pointes à 180 km/h et une propulsion arrière – ces chiffres clés font battre le cœur des sportifs. Les carrières dans le rallye de toute une génération de pilotes commencent par cette Opel rapide – de Guy Fréquelin à Walter Röhrl.

De GT/E à GSi – «Grand Sport injection» pour le monde entier

Dix ans plus tard, Opel modifie l’appellation de ses voitures sportives de GT/E à GSi – «Grand Sport injection». Le nom international et le «i» pour injection permettent également de mieux se positionner sur les marchés d’exportation.

Tout commence en 1984 avec la Kadett E et 115 ch d’une cylindrée fougueuse de 1 796 centimètres cubes. En 1988, la cylindrée de la Kadett GSi 16V passe à deux litres et la puissance augmente jusqu’à 156 ch (150 ch avec catalyseur régulé) grâce aux deux arbres à cames en tête et à la technique quatre soupapes (soupapes d’échappement remplies de sodium!). Un moteur légendaire avec lequel des futures stars de la Formule 1 comme Jos Verstappen (1993), Jarno Trulli (1996) et Nick Heidfeld (1997) purent remporter le championnat allemand de Formule 3. Avec autant de puissance, la Kadett peut passer à 100 km/h en seulement huit secondes et peut pousser jusqu’à 215. Dans les années quatre-vingt, d’autres séries bénéficient de l’idée sportive GSi.

À l’automne 1984, la Manta GSi de 110 ch arrive, puis à partir de 1988 une voiture dynamique comme une moto fait son apparition: ultra-compacte, 820 kilogrammes, avec des passages de roues audacieux, des sièges sport, 100 ch et 188 km/h. La première Opel Corsa GSi est née. Toutes les séries suivantes ont ensuite fait leur apparition: la Corsa B GSi 16V de 109 ch avec une grande puissance même à bas régimes («caractéristique de couple à bas régime»), la Corsa C GSi de 125 ch avec une vitesse de pointe de 202 km/h et enfin, à partir de 2007, la Corsa D GSi pour la première fois avec turbocompresseur et 150 ch pour 1,6 litre. En août 2012, la production de la Corsa sportive prend fin et Opel interrompt temporairement la production de la série GSi. Jusqu’à ce que cinq ans plus tard, de grandes choses se préparent...

Opel Insignia GSi – le retour de GSi lors de l’IAA

Lors de l’IAA à Francfort en 2017, l’Opel Insignia GSi fêtait sa première mondiale et l’appellation GSi son grand retour. Avec la sportive Insignia comme berline Grand Sport et la combi Sports Tourer, une double flotte apparaît au stand Opel. Sur l’Insignia GSi, le châssis parfaitement réglé et la transmission intégrale avec Torque Vectoring assurent une précision de conduite extrême et des vitesses de virage à couper le souffle.

L’Insignia GSi fait ses débuts avec un moteur essence turbo 2.0 de 191 kW/260 ch. Dans la flotte Opel après l’Astra F des années 90, un diesel est à nouveau utilisé dans une GSi. Le BiTurbo moderne de deux litres délivre une puissance de 154 KW/210 ch et développe un couple maximum de 480 newtons mètres. L’Opel Insignia GSi est ainsi rapide, avec 233 km/h pour la version Grand Sport et 231 km/h pour la version Sports Tourer.

Un an seulement après l’Insignia, Opel poursuit la saga avec la cinquième génération de Corsa GSi. La championne des virages est propulsée par un moteur essence de 1,4 litre turbo de 110 kW/150 ch. Ainsi, le modèle sportif passe de 0 à 100 en 8,9 secondes et atteint une vitesse de pointe de 207 km/h. La Corsa GSi, mini concentré de puissance, est de retour!

  • Contact :
  • Lukas  Hasselberg
    Lukas Hasselberg
    PR Manager AO Automobile Schweiz AG
    Tel : +41 44 746 21 61
    Mobile : +41 79 322 09 74
    lukas.hasselberg@opel.ch
Scroll